Boutique En Ligne
Disque

Cliquez-ici pour le commander
Passage de l'outarde
Passage de l'outarde
Volume n°36 - hiver 2013

Cliquez-ici pour le télécharger
Sélectionnez la page que vous désirez consulter :

Chronologie de Félix [ 1914 à 1937 ]

1914

Le 2 août, naissance de Félix Leclerc à la Tuque, province de Québec. Il est le fils de Léo Leclerc et de Fabiola née Parrot. « Je suis le sixième d’une famille de onze enfants nés à La Tuque, un petit village de montagnes, dans les Laurentides. C’est un pays de montagnes, au bord de la rivière Saint-Maurice. Mon père était commerçant de foin, de grains, de bois et « faiseux de villages ». En hiver, une douzaine de draveurs et de bûcherons logeaient chez nous. C’était une grande maison de trois étages, en bois... »

1928

Études primaires chez les Frères Maristes à La Tuque puis, il quitte sa famille pour le Juniorat des Pères Oblats à Ottawa.

1931

Études à l’Université d’Ottawa. (Belles-Lettres et Rhétorique). On remarque son goût prononcé pour le théâtre et, bien sûr, pour la poésie et la chanson. Il écrit sa première chanson:

« Notre sentier près du ruisseau
Est déchiré par les labours;
Si tu venais, dis-moi le jour
Je t’attendrai sous le bouleau... »

( Notre sentier )

1933

Il abandonne l’Université pour travailler sur la terre de ses parents à Sainte-Marthe.

1934

Félix quitte sa famille pour Québec. Il est annonceur à la radio CHRC.

1934 - 1937

Durant trois ans, il est animateur de radio. Il découvre ainsi le monde des artistes et du spectacle. Il profite également de la discothèque de la radio pour enrichir ses connaissances en chanson et musique. Il partage quelque temps, rue Saint-Joachim, une chambre, sous les combles, avec son frère Grégoire et un étudiant. Il prend des cours de guitare chez Vic Angelio, un musicien italien qui habite près de chez lui.

1937

Par lassitude, Félix démissionne de son poste d’annonceur; il quitte Québec pour retourner travailler chez ses parents. Il devient, selon le mot de son père « boeuf-man », c’est-à-dire celui qui mène les boeufs aux champs. Mais, il sera inquiet pour son avenir. Sa mère, de sa voix douce, lui dira: « Je ne suis pas du tout inquiète pour toi » Cette phrases apaisera son angoisse.